Principal / Angine de poitrine

Otite Tubotimpanalny

Angine de poitrine

Otite moyenne de Tubotimpanalny - inflammation de la cavité de l'oreille moyenne, caractérisée par une inflammation aiguë des tissus mous de l'oreille et des sécrétions purulentes et séreuses.

Caractéristique de la maladie

Pour avoir une bonne idée de ce qu'est l'otite toubimpanale et de l'emplacement du centre de pathologie, il convient de se familiariser avec les caractéristiques fondamentales de la structure de l'oreille humaine. Dans l'oreille, il y a quatre parties principales:

  1. l'oreille externe ou externe, qui comprend le pavillon de fibro-cartilage et la partie externe du canal de l'oreille;
  2. l'oreille moyenne, constituée de la trompe d'Eustache et de la cavité tympanique;
  3. l'oreille interne, qui comprend l'organe auditif - la cochlée et l'appareil vestibulaire - les canaux semi-circulaires;
  4. membrane du tissu conjonctif.

La maladie dure de deux semaines à un mois, en fonction du moment de l’exposition au facteur pathogène, ainsi que de la viabilité du système immunitaire du corps. La principale cause de la maladie est les dommages causés par les microorganismes nuisibles des tissus de l'oreille moyenne ou des tissus environnants.

Il existe également une forme compliquée de la maladie qui affecte le tissu osseux: les cellules mastoïdiennes et les osselets auditifs.

Une caractéristique de cette pathologie sont des lésions étendues de l'oreille, un risque élevé de complications et une évolution prolongée.

Raisons

La principale cause de l'otite est la défaite des cavités de la microflore pathogène et conditionnellement pathogène de l'oreille.

Parmi les facteurs prédisposants qui provoquent une otite tubobimpanalny purulente, émettent:

  1. Lésions bactériennes primaires des voies respiratoires supérieures: inflammation du tube auditif, des furoncles et des ulcères de l'auricule, ainsi que du conduit auditif externe, lésions bactériennes généralisées du corps.
  2. Dommages au système immunitaire: immunodéficiences primaires et secondaires, période après avoir souffert d'une maladie respiratoire.
  3. Le diabète sucré, à la fois le premier et le deuxième type.
  4. Fonctionnement altéré d'autres organes du système endocrinien: thyroïdite, hyperthyroïdie.
  5. Maladies auto-immunes, telles que le lupus érythémateux disséminé.
  6. Prédisposition héréditaire aux infections chroniques.

Étapes de la maladie

Il existe quatre stades de lésions inflammatoires de l'oreille moyenne:

  1. Eustachite aiguë - la lésion primaire du tube auditif, due à sa protection moindre par l'immunité locale, ainsi que par la communication avec l'environnement externe.
  2. Catarrhe dans l'oreille moyenne - les agents pathogènes se propagent progressivement dans toute la cavité de l'oreille, affectant les tissus mous. Les signes cliniques à ce stade n'apparaissent pas, il peut y avoir une légère congestion de l'oreille.
  3. Le stade de perforation est caractérisé par un mal d'oreille aigu et une grande quantité de pertes purulentes ou séreuses, une forte fièvre.
  4. Stade post-perphorate - la douleur diminue, la température diminue, l'état du patient revient progressivement à la normale, la perte d'audition persiste longtemps.

La durée de chacune des étapes peut être différente et dépend des caractéristiques anatomiques et physiologiques de l’individu, du moment du diagnostic de la maladie et du début des mesures thérapeutiques.

Tableau clinique et diagnostic

La sévérité des symptômes de l'otite au toubanal dépend de la durée de la maladie et de son stade. Les principales manifestations cliniques sont:

  • syndrome douloureux de nature sourde ou douloureuse, la douleur est constante et augmente progressivement;
  • phénomènes de bruit dus à une augmentation locale de la vitesse du flux sanguin due à une lésion infectieuse;
  • tendance persistante à réduire l'audition, qui est associée à l'accumulation d'exsudat dans la cavité de l'oreille, ce qui provoque une violation de la transmission mécanique des vibrations sonores;
  • décharge de l'oreille avec une odeur désagréable, d'abord une petite quantité, et pendant la phase de perforation, il y a une forte augmentation du volume de décharge;
  • augmentation de la température corporelle à des valeurs fébriles.

Le diagnostic est effectué sur la base des données de contrôle, de l'anamnèse, ainsi que des résultats des tests de laboratoire sur le sang et l'écoulement de l'oreille. Pour différencier l'otite otubimpanale des autres formes de maladies inflammatoires, des méthodes d'investigation instrumentales sont utilisées, telles que: la tomographie par ordinateur, l'imagerie par résonance magnétique et les rayons X.

Traitement de l'otite tuboimpanal

Les méthodes conservatrices et la chirurgie sont utilisées pour le traitement.

Traitement conservateur prescrit aux premiers stades de la maladie, lorsque l'exsudat ne commence pas à remplir activement la cavité de l'oreille moyenne.

Le traitement médicamenteux primaire comprend l’instillation de médicaments antibactériens liquides dans la cavité auriculaire, le passage externe avec des solutions antiseptiques ou des médicaments anti-inflammatoires et une antibiothérapie active. Médicaments antibactériens prescrits conformément aux résultats des tests permettant d'identifier le type d'agent pathogène.

Le traitement chirurgical est utilisé dans les derniers stades de la maladie et en présence de complications.

Complications et résultats

En raison des particularités de la structure de l’oreille, même un petit foyer inflammatoire peut provoquer des complications potentiellement mortelles pour le patient. Parmi eux se trouvent:

  • la méningite est une inflammation des méninges de la moelle épinière et du cerveau;
  • abcès internes du cerveau;
  • mastoïdite - inflammation de la membrane muqueuse des cellules mastoïdiennes.

L'évolution de la maladie est déterminée par son heure d'apparition, ainsi que par la présence ou l'absence de complications. La maladie primaire a un résultat favorable, une maladie secondaire avec complications peut entraîner la mort.

Prévention

Comme avec n'importe quelle maladie, l'otite moyenne tumbale peut être complètement prévenue ou le risque de sa survenue peut être réduit. Par mesure préventive, il est recommandé de consulter un spécialiste suffisamment tôt, dès les premiers signes de la maladie, d’observer l’hygiène du conduit auditif externe et de traiter rapidement et soigneusement toutes les maladies ORL de nature infectieuse.

La page était-elle utile? Partagez-le dans votre réseau social préféré!

Otite moyenne suppurée tubobimpanal et épitimpano-antrale chronique

Une maladie plutôt rare mais très dangereuse est l'otite moyenne tuboimpanale purulente. Il s'agit d'une lésion de l'oreille moyenne, qui s'accompagne d'une libération de pus par les tissus enflammés pendant plus de 2-3 semaines. Il convient également de mentionner la forme d'otite épitimpano-antrale, qui affecte les formations osseuses de la cavité de l'oreille. Comment reconnaître la maladie et réduire ses effets négatifs?

Symptômes de la maladie

L'otite moyenne chronique avec des sécrétions purulentes apparaît souvent comme une complication d'autres types d'inflammation. Les signes indiquant que la maladie est chronique sont son épisodicité fréquente et sa difficulté d'élimination. Dans de tels cas, le traitement peut durer plus d’un mois et le pus est libéré tout au long de cette période.

Seulement 1 à 2% des cas d’inflammation de l’oreille entraînent une otite moyenne chronique. Dans le même temps, une grande partie (55%) représente le mésotympanique; epitimpanit a une part d’environ 45%.

Les symptômes de toubimpanita purulent ne sont pas seulement des pertes, mais aussi des signes tels que:

  • des vertiges;
  • douleur dans l'oreille, irradiant vers les zones voisines;
  • haute température;
  • sensation de ballonnement dans les oreilles;
  • un squish;
  • saignements;
  • perte auditive mixte.

L'otite moyenne purulente chronique d'épitympano-antral peut causer une douleur intense si l'inflammation progresse. Dans ce cas, le risque de perte d'audition et de propagation de l'inflammation dans les tissus du crâne augmente. Cette maladie est particulièrement dangereuse dans la mesure où elle peut provoquer une méningite, qui peut être fatale.

Causes de développement

L'otite moyenne de nature purulente se produit lorsque la cavité de l'oreille est infectée par une microflore pathogène. Les staphylocoques et les streptocoques se distinguent de ces bactéries. Un traitement inapproprié d'une otite moyenne aiguë, d'une otomycose ou d'une lésion du tympan peut stimuler ce processus.

Notez les causes suivantes de la maladie:

  • Eustachite;
  • aérootite;
  • otite moyenne aiguë multi-épisodique;
  • Le VIH;
  • le diabète;
  • l'obésité;
  • l'hypothyroïdie;
  • adénoïdes, etc.

L'otite moyenne purulente moyenne épitimpanorale peut sortir de la tubotimpanite et détruire le tissu osseux de l'oreille. En conséquence, il existe un risque de cholestome.

Méthodes de traitement

Afin de prévenir la perte d'audition, l'inflammation du cerveau et du tissu osseux du crâne, un traitement urgent de ces maladies est nécessaire. La situation est compliquée par le fait que les maladies chroniques ne peuvent souvent pas être complètement éliminées. En outre, de tels processus purulents et destructeurs de longue date laissent inévitablement leur marque.

Afin de soulager l'état du patient, il est nécessaire de libérer la cavité auditive du pus. Pour ce faire, utilisez un rinçage avec une solution antibiotique et retirez rapidement les rejets accumulés. Des antibiotiques sont également prescrits pour soulager l'inflammation. Le patient devra donc se réadapter après le traitement.

En cas d'inflammation grave et de destruction du tissu osseux, des plastiques d'assainissement et de restauration sont nécessaires. En outre, dans certains cas, il existe des indications pour une opération tout-caval sur les oreilles. Dans les processus irréversibles associés à une déficience auditive, l'utilisation d'un appareil auditif est prescrite.

Pour améliorer l'état du patient, des méthodes de physiothérapie sont utilisées, par exemple l'irradiation UV.

Si le traitement est retardé, les conséquences négatives seront inévitables. Assurez-vous de demander l'aide d'un médecin et suivez scrupuleusement ses recommandations.

Otite moyenne chronique suppurée

Otite moyenne chronique suppurée - processus inflammatoire purulent dans la cavité de l'oreille moyenne, évoluant de façon chronique. L'otite moyenne chronique suppurée se caractérise par une perte auditive conductrice ou mixte, une suppuration du conduit auditif, une douleur et un bruit dans l'oreille, parfois des vertiges et des maux de tête. L'otite moyenne chronique suppurée est diagnostiquée selon l'otoscopie, les tests auditifs, l'ensemencement bactériologique des décharges auriculaires, les examens radiologiques et tomographiques de l'os temporal, l'analyse de la fonction vestibulaire et de l'état neurologique du patient. Les patients atteints d'otite moyenne chronique suppurée sont traités avec des méthodes conservatrices et chirurgicales (chirurgie assainissante, mastoïdotomie, antrotomie, fermeture du labyrinthe fistule, etc.).

Otite moyenne chronique suppurée

Selon la définition de l'OMS, l'otite moyenne purulente chronique est une otite de plus de 14 jours accompagnée d'une suppuration constante de l'oreille. Cependant, de nombreux experts en oto-rhino-laryngologie indiquent que l'otite moyenne chronique devrait être considérée comme chronique si la suppuration dure plus de 4 semaines. Selon l'OMS, une otite moyenne purulente chronique est observée dans 1 à 2% de la population et entraîne dans 60% des cas une perte auditive persistante. Dans plus de 50% des cas, l'otite moyenne purulente chronique commence à se développer à l'âge de 18 ans. L'otite moyenne chronique suppurée peut entraîner des complications intracrâniennes purulentes, pouvant à leur tour entraîner la mort du patient.

Causes de l'otite moyenne chronique suppurée

Les agents pathogènes ayant une otite moyenne suppurative chronique sont généralement plusieurs microorganismes pathogènes. Le plus souvent, il s'agit de Staphylococcus, Proteus, Klebsiella, Pseudomyia; dans de rares cas, streptocoques. Chez les patients atteints d'une otite moyenne chronique suppurée, ainsi que de la flore bactérienne, des agents pathogènes de l'otomycose sont souvent semés - champignons pour levures et moisissures. Dans la très grande majorité des cas, l'otite moyenne chronique purulente est le résultat du passage à la forme chronique d'otite moyenne aiguë. Le développement de la maladie est également possible avec une infection de la cavité tympanique à la suite d'une blessure à l'oreille, accompagnée d'une lésion du tympan.

La survenue d'une otite moyenne chronique suppurée est due à la forte pathogénicité des agents pathogènes; dysfonctionnement du tube auditif dans Eustachite, AEROTE, les végétations adénoïdes, la sinusite chronique; développement d'otite moyenne adhésive à la suite d'otites aiguës récurrentes. Contribuer au développement d'otites moyennes suppuratives chroniques à partir de divers états d'immunodéficience aiguë (infection par le VIH, effets indésirables d'un traitement par cytostatiques ou par radiothérapie), d'une endocrinopathie (hypothyroïdie, obésité, diabète sucré), d'une antibiothérapie irrationnelle ou d'une réduction injustifiée de la durée du traitement d'une otite moyenne

Classification des otites moyennes suppuratives chroniques

L'otite moyenne chronique suppurée se présente sous 2 formes cliniques: la mésotympanite et l'épitimpanite. La mésotympanite (otite tubotanale) est d'environ 55% et se caractérise par le développement du processus inflammatoire au sein de la membrane muqueuse de la cavité tympanique sans impliquer ses formations osseuses. Epitimpanitus (otite à epitimpano-antral) représente les 45% restants des otites moyennes suppuratives chroniques. Il s'accompagne de processus destructifs dans le tissu osseux et conduit souvent à la formation de cholestéatome de l'oreille.

Symptômes de l'otite moyenne suppurative chronique

Les principaux signes cliniques de l'otite moyenne suppurative chronique sont la suppuration de l'oreille, la perte d'audition (perte auditive), le bruit de l'oreille, la douleur à l'oreille et les vertiges. La suppuration peut être permanente ou périodique. Au cours de la période d'exacerbation de la maladie, le volume des écoulements augmente en général. Si du tissu de granulation se développe dans la cavité tympanique ou s'il y a des polypes, l'écoulement de l'oreille peut être sanglant.

L'otite moyenne chronique suppurée se caractérise par une déficience auditive de type conducteur causée par une mobilité réduite des osselets auditifs. Cependant, l'otite moyenne purulente chronique à long terme est accompagnée d'une perte auditive mixte. Les perturbations résultantes dans le fonctionnement de la partie perceptible par le son de l’analyseur auditif sont causées par une diminution de la circulation sanguine dans la cochlée du fait d’une inflammation prolongée et des lésions des cellules ciliées du labyrinthe par des médiateurs inflammatoires et des substances toxiques formées au cours de la réaction inflammatoire. Les substances nocives pénètrent de la cavité tympanique dans l'oreille interne par les fenêtres du labyrinthe, dont la perméabilité augmente.

Le syndrome de la douleur est généralement exprimé modérément et ne survient que pendant les périodes où l'otite moyenne suppurative chronique entre en phase aiguë. Une exacerbation peut être déclenchée par un ARVI, une pharyngite, une rhinite, une laryngite, un mal de gorge, un liquide pénétrant dans l'oreille. Pendant la période d'exacerbation, il y a aussi une augmentation de la température corporelle et une sensation de pulsation dans l'oreille.

Epitimpanit a un cours plus sévère que le mésotympanique. Cette otite moyenne chronique suppurée est accompagnée d'une destruction osseuse, qui entraîne la formation de skatole, d'indole et d'autres produits chimiques, donnant à l'oreille otique une odeur fétide. Lorsque le processus destructeur se propage au tube semi-circulaire latéral de l'oreille interne, le patient présente un vertige systémique. Avec la destruction de la paroi du canal facial osseux, une parésie du nerf facial est notée. Epitimpanit conduit plus souvent au développement de complications purulentes: mastoïdite, labyrinthite, méningite, abcès du cerveau, arachnoïdite, etc.

Diagnostic de l'otite moyenne suppurative chronique

L'endoscopie, les études de l'analyseur auditif, l'ensemencement bactériologique de l'écoulement de l'oreille, les rayons X du crâne, le scanner et la tomodensitométrie du crâne avec une étude ciblée de l'os temporal peuvent être utilisés pour diagnostiquer l'otite moyenne chronique suppurée.

L'otoscopie et la microscopie sont effectuées après la toilette de l'oreille externe avec un nettoyage soigneux du conduit auditif externe. Ils révèlent la présence d'une perforation dans le tympan. De plus, l'otite moyenne suppurée chronique, qui coule en fonction du type de mésotympanite, est caractérisée par la présence de perforations dans la région tendue du tympan, tandis que pour les épitimpanites, l'emplacement des perforations dans la région relâchée est typique.

L'otite moyenne chronique suppurée se caractérise par une perte auditive suivant l'audiométrie, une perte auditive conductive ou mixte selon l'audiométrie seuil, une mobilité réduite des osselets auditifs selon une impédancemétrie acoustique. En outre, l'évaluation de la perméabilité de la trompe d'Eustache, l'électrocochléographie, l'émission otoacoustique. L'otite moyenne suppurée chronique, accompagnée de troubles vestibulaires, est une indication pour l'étude de l'analyseur vestibulaire par électrostagmographie, stabographie, vidéo-culographie, test de pression, otolitométrie indirecte. S'il y a un trouble neurologique dans la clinique, des consultations avec un neurologue et une IRM du cerveau sont nécessaires.

Traitement de l'otite moyenne chronique suppurée

Les otites moyennes suppuratives chroniques sans destruction osseuse et les complications peuvent être traitées avec des méthodes médicales sous surveillance ambulatoire d'un otolaryngologue. Ce traitement médicamenteux vise à éliminer le processus inflammatoire. Dans les cas où l'otite moyenne purulente chronique entraîne la destruction osseuse, il s'agit essentiellement d'une préparation préopératoire du patient. Si l'otite moyenne chronique purulente est accompagnée d'une parésie du nerf facial, de maux de tête, de troubles neurologiques et / ou de troubles vestibulaires, cela indique la présence d'un processus de destruction de l'os et le développement de complications. Dans une telle situation, il est nécessaire d'hospitaliser le patient le plus tôt possible et d'examiner la question de son traitement chirurgical.

L'otite moyenne chronique suppurée est généralement soumise à un traitement conservateur ou préopératoire pendant 7 à 10 jours. Pendant cette période, une toilette est faite quotidiennement, suivie d'un lavage de la cavité tympanique avec des solutions antibiotiques et d'une instillation de gouttes antibactériennes dans l'oreille. Étant donné que l'otite moyenne purulente chronique s'accompagne d'une perforation du tympan, les antibiotiques aminoglycosides ototoxiques ne peuvent pas être utilisés comme gouttes auriculaires. Vous pouvez utiliser la ciprofloxacine, la norfloxacine, la rifampicine, ainsi que leur association avec des glucocorticoïdes.

Dans le but d'une rééducation complète et d'une restauration fonctionnelle, l'otite moyenne purulente chronique avec destruction osseuse nécessite un traitement chirurgical. En fonction de la prévalence du processus purulent, l'otite moyenne chronique purulente est une indication pour une opération d'assainissement avec mastoïdoplastie ou tympanoplastie, aticoanthrotomie, mastoïdotomie, labyrintotomie et plastie de fistule labyrinthe, et élimination du cholestérol. Si l'otite moyenne chronique suppurée est accompagnée d'une inflammation diffuse avec une menace de complications, une opération de l'oreille à toutes les oreilles est réalisée.

Pronostic de l'otite moyenne suppurative chronique

La réhabilitation en temps opportun du foyer purulent chronique dans l'oreille fournit un résultat favorable de la maladie. Plus le traitement est effectué tôt, plus les chances de restauration et de préservation de l'audition sont grandes. Dans les cas avancés, lorsque l'otite moyenne purulente chronique entraîne une destruction osseuse importante et / ou l'apparition de complications, la chirurgie reconstructive est nécessaire pour restaurer l'audition. Dans certains cas, les patients dont l'issue est la plus défavorable ont besoin d'un appareil auditif.

Otite moyenne purulente tubotympanique chronique

Rubrique CIM-10: H66.1

Le contenu

Définition et informations générales [modifier]

L'otite moyenne chronique suppurée est une maladie grave avec la présence d'une infection bactérienne dans l'oreille moyenne. En règle générale, il s’agit d’une otite moyenne aiguë non traitée, en particulier au cours des cinq premières années de la vie d’un enfant, lorsque des modifications post-inflammatoires des structures de la membrane muqueuse et de l’oreille moyenne contribuent à la chronicité du processus. L'OMS donne la définition suivante de l'otite moyenne chronique purulente: la présence d'un écoulement permanent de l'oreille par perforation du tympan pendant plus de 2 semaines. Dans le même rapport, l’OMS notait que l’association des oto-rhino-laryngologistes insiste pour porter cette période à 4 semaines. Généralement, en l'absence de traitement adéquat contre l'otite chronique, des pertes purulentes sont observées pendant des mois, voire des années. Le processus pathologique conduit à la destruction des structures osseuses de l'oreille moyenne et à une perte auditive progressive. Malgré l'utilisation d'antibiotiques, l'otite moyenne purulente chronique reste la principale cause de déficience auditive.

Selon l'OMS, 65 à 330 millions de personnes souffrent d'otite moyenne chronique, 60% d'entre elles (39 à 200 millions) ont une perte auditive importante.

Selon l’évolution clinique et la gravité de la maladie, on distingue 2 formes d’otite moyenne suppurative chronique:

• mésotympanite (otite moyenne toubimpanale purulente);

• epitimpanit (otite moyenne purulente épitimpano-antrale chronique).

La principale différence entre ces formes réside dans le fait qu'avec la mésotympanite, la membrane muqueuse est touchée et que l'os est toujours intact, tandis que dans le cas de l'épitépanite, le processus s'étend aux structures osseuses de l'oreille moyenne. En cas de mésotympanite, la membrane muqueuse des parties moyenne et inférieure de la cavité tympanique, ainsi que le tube auditif, sont principalement impliqués dans le processus. Sous cette forme, une partie préservée, non étirée du tympan est déterminée et la perforation est généralement située dans la partie étirée de la membrane tympanique.

Étiologie et pathogenèse [modifier]

L'otite moyenne chronique suppurée est souvent causée simultanément par plusieurs agents pathogènes. Parmi ceux-ci se trouvent les aérobies: Staphylococcus aureus, Staphylococcus epidermidis, Streptococcus pyogenes, Klebsiella pneumoniae, Ptoteus mirabilis, Pseudomonas aeruginosa. Avec l’exacerbation habituelle des otites moyennes purulentes chroniques, les anaérobies sont rarement isolées, généralement des représentants du genre Bacterioides, Peptostreptococcus. Cependant, les anaérobies sont plus fréquents avec le cholestéatome, à l'intérieur de sa matrice se trouvent des conditions plus favorables à leur existence.

Différents facteurs sont à l'origine du développement d'une otite moyenne purulente chronique: infectieuse (bactéries, virus, champignons), mécanique, chimique, thermique, thermique, etc. L'otite moyenne chronique purulente est généralement le résultat d'otites moyennes aiguës non traitées ou sous-traitées. Les causes de l'otite moyenne chronique purulente peuvent être des souches virulentes d'agents pathogènes résistant aux médicaments antibactériens, des processus cicatriciels dans la cavité tympanique dus à une otite moyenne aiguë récurrente, un dysfonctionnement du tube auditif. Les états d'immunodéficience tels que le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA), le traitement prolongé par chimiothérapie, etc.], la grossesse, les maladies du sang, les maladies endocriniennes (diabète, hypothyroïdie), les maladies des voies respiratoires supérieures, les causes iatrogènes peuvent également contribuer au passage de l'otite moyenne aiguë à chronique..

Manifestations cliniques [modifier]

Les patients se plaignent généralement d'une suppuration périodique ou constante de l'oreille, d'une perte d'audition, de douleurs récurrentes dans l'oreille, d'une sensation de bruit dans l'oreille et de vertiges. Cependant, dans certains cas, ces symptômes peuvent être absents. L'écoulement de l'oreille est principalement mucopurulent, en présence de granulations et de polypes pouvant être sanglants-purulents. L'évolution de la mésotympanite est généralement plus favorable par rapport à l'épitimpanite et les complications intracrâniennes graves sont moins fréquentes. Les causes d'exacerbation du processus peuvent être un froid, une infiltration d'eau dans l'oreille, des maladies du nez et du nasopharynx. Dans ces cas, la suppuration augmente, la température corporelle augmente, il se produit une sensation de pulsation dans l'oreille, parfois une douleur peu vive.

On pense que le signe caractéristique de l'otite moyenne suppurative chronique est la perte d'audition par conduction. Cependant, avec un long parcours de la maladie, on observe souvent une forme mixte de perte auditive. La raison du développement de la perte auditive mixte est l'effet des médiateurs inflammatoires sur l'oreille interne à travers les fenêtres du labyrinthe. Il est prouvé que la perméabilité des fenêtres avec une otite moyenne chronique purulente est augmentée. Au niveau morphologique, la perte de cellules ciliées externes et internes dans la boucle basale est révélée. En outre, lors de l'inflammation, il y a une diminution du débit sanguin dans la cochlée. L'histamine, un médiateur inflammatoire actif, peut également affecter l'innervation efférente des cellules ciliées externes, tandis que les radicaux libres peuvent endommager directement les cellules ciliées. Dans le même temps, les endotoxines bloquent la Na-K-ATPase et modifient la composition ionique de l'endolymphe.

La sévérité de la perte auditive neurosensorielle avec une otite moyenne chronique purulente dépend de l'âge du patient et de la durée de la maladie et est plus prononcée aux hautes fréquences (la proximité des cellules ciliées responsables de la perception des hautes fréquences à la fenêtre du vestibule).

Otite moyenne purulente toubimpimpanal chronique: Diagnostic [modifier]

Les mesures de diagnostic de l'otite moyenne chronique purulente comprennent:

• examen otorhinolaryngologique général, utilisant une endoscopie ou une otomicroscopie après un nettoyage en profondeur du conduit auditif;

• un examen audiologique, y compris la tympanométrie, permettant d’évaluer le fonctionnement du tube auditif;

• manœuvre de Valsalva pour pousser la décharge dans le canal auditif;

• étude obligatoire de la flore et de sa sensibilité aux antibiotiques;

• TDM des os temporaux.

Diagnostic différentiel [modifier]

Les diagnostics différentiels doivent être effectués entre mésotympan et épitimpanitique.

Otite moyenne purulente tubotympanique chronique: traitement [modifier]

Remédiation de la cible de l'infection et améliorer l'audition.

Indications d'hospitalisation

Les indications pour une hospitalisation d'urgence sont les complications des otites moyennes suppuratives telles que les complications intracrâniennes (abcès cérébraux, méningite, arachnoïdite, etc.), la parésie du nerf facial, la mastoïdite, etc.

Le traitement conservateur de l'otite moyenne chronique n'est légitime que dans le cas d'une otite moyenne chronique avec sécrétions (exacerbation de la maladie, mucosite (processus exsudatif chronique)). Dans le même temps, le traitement conservateur ne doit être considéré que comme une préparation préopératoire, car chaque exacerbation entraîne le développement de modifications fibreuses de gravité variable dans l'oreille moyenne. Si l'opération est différée pendant une longue période, les conséquences d'une otite moyenne chronique suppurée ne permettent pas d'obtenir l'effet maximal de la chirurgie pour améliorer l'audition, même pour de petites violations du système auditif de l'oreille moyenne. Après l'élimination des exacerbations, une tympanoplastie est réalisée ou le stade de désinfection est combiné à une tympanoplastie.

Le traitement conservateur de l'otite moyenne purulente chronique (préparation préopératoire) est généralement effectué au stade ambulatoire. Jusqu'à l'hospitalisation, les procédures médicales suivantes sont présentées à tous les patients:

• manœuvre thérapeutique Valsalva;

• toilette auditive régulière utilisant le rinçage et le séchage;

Une toilette minutieuse de l'oreille, suivie d'un lavage, est effectuée avec une solution de chlorure de sodium à 0,9% ou une solution de ciprofloxacine (20 ml par lavage). Ce lavage combine élimination mécanique des pertes et effets locaux de l'antibiotique sur les tissus enflammés. Le lavage à la ciprofloxacine lors d'une hospitalisation externe doit être associé à l'utilisation d'antibiotiques topiques sous la forme de gouttes auriculaires par le patient à domicile. Si, dans les 23 jours suivant le traitement, l'exacerbation n'a pas été éliminée ou si des symptômes tels que douleur, surplomb de la paroi postéro-supérieure du conduit auditif externe ou symptômes cérébraux sont apparus, une intervention chirurgicale urgente est alors nécessaire.

Pour en revenir à la préparation préopératoire, il convient de noter que son objectif est de soulager le processus inflammatoire de l'oreille moyenne et de créer les conditions nécessaires à une intervention chirurgicale ultérieure.

Sur la base d’une durée raisonnable d’utilisation des antibiotiques et afin d’éviter l’ajout d’une infection fongique, nous recommandons un traitement conservateur de 7 à 10 jours.

L'utilisation d'antibiotiques pour éliminer l'exacerbation de l'otite moyenne chronique suppurée, se préparer à une chirurgie de l'oreille ou pour prévenir les complications après une tympanoplastie est une question controversée. Souvent, les décisions sont prises en fonction des préférences individuelles.

Un traitement topique avec des antibiotiques ou des antiseptiques, associé à une toilette soigneuse de l'oreille, est plus efficace pour éliminer l'otorrhée que l'absence de tout traitement ou que la toilette de l'oreille. Un traitement topique avec des antibiotiques ou des antiseptiques est plus efficace qu'un traitement avec des antibiotiques systémiques. Le traitement combiné avec des antibiotiques locaux et systémiques n'est pas considéré comme plus efficace qu'un traitement uniquement avec des médicaments antibactériens locaux. L’utilisation topique de quinolone est plus efficace que d’autres antibiotiques.

Avant la chirurgie, passez 10 jours à l’introduction des gouttes auriculaires. Actuellement, il existe de nombreuses gouttes auriculaires sur le marché, qui sont généralement une solution antibiotique topique, parfois associée à un glucocorticoïde. Il faut se rappeler que beaucoup d’entre eux contiennent des antibiotiques aminoglycosides (gentamicine, framycétine, néomycine). Les données sur l'étude de la perméabilité des membranes de la cochlée chez l'animal prouvent la possibilité d'un effet ototoxique d'aminoglycosides sur l'oreille interne lors d'une administration transtimpanale. Pour cette raison, l’utilisation de gouttes contenant des aminosides en présence d’une perforation du tympan devrait être abandonnée. Ils ne sont utilisés qu'en cas d'otite moyenne externe et aiguë sans perforation du tympan. Quant aux gouttes contenant de la rifamycine, de la norfloxacine ou de la ciprofloxacine, elles sont aujourd'hui considérées comme les seules gouttes auriculaires pouvant être utilisées en toute sécurité avec une otite moyenne perforée.

Le but de la chirurgie est de restaurer les fonctions de l'oreille moyenne et d'empêcher l'infection d'y pénétrer. Si le traitement conservateur s'est avéré inefficace et qu'il n'a pas été possible d'éliminer l'exacerbation, une intervention chirurgicale est alors montrée, qui peut combiner les étapes de nettoyage, de reconstruction et d'amélioration de l'audition (si possible). Il peut s'agir d'une attico-antrotomie séparée avec tympanoplastie, atticotomie, aditotomie ou, dans les cas extrêmes, d'une opération radicale, mais avec oblitération obligatoire du tube auditif ou formation d'une petite cavité de tambour. Il n’existe pas de règles permettant de déterminer la durée du traitement conservateur pour tenter d’éliminer une exacerbation. Cela dépend de la durée et de la nature du processus inflammatoire avant le traitement, de la présence de complications ou de la probabilité de leur développement. Bien sûr, la chirurgie sur l'oreille "sèche" sera plus bénigne, car peut être en mesure d'éviter la mastoïdotomie. Les résultats d'une telle intervention sur l'oreille "sèche" après tympanoplastie sans mastoïdotomie sont meilleurs.

Cependant, même une oreille «sèche» avec une perforation du tympan représente un champ chirurgical dont l'asepsie est incertaine. Indépendamment de la présence ou de l’absence de suppuration, chez 20% des patients, des micro-organismes isolés réagissant mal à l’antibiothérapie systémique conventionnelle. C’est pourquoi de telles opérations sont qualifiées d’infectées «de manière conditionnelle» et nécessitent une préparation préopératoire et une prophylaxie antibiotique postopératoire.

Traditionnellement en Russie, les otites moyennes purulentes chroniques et les cholestéatomes sont traités de manière radicale au niveau de l'oreille moyenne.

Prévention [modifier]

La prévention de l'otite moyenne chronique suppurée consiste en un traitement opportun et rationnel de l'otite moyenne aiguë.

Autre [edit]

Indications pour consulter d'autres spécialistes

En présence de symptômes neurologiques, il est nécessaire de consulter un neurologue.

La gestion postopératoire des patients consiste en un lavage quotidien des toilettes et des oreilles.

Avec un traitement chirurgical opportun, le pronostic est favorable.

Otite moyenne chronique suppurée

L'otite moyenne chronique suppurée est un processus inflammatoire de la forme chronique de l'oreille moyenne qui se produit lors de la libération de pus et d'une perte auditive.

L'otite moyenne chronique suppurée est un processus inflammatoire de l'oreille moyenne. L'otite moyenne chronique suppurée est permanente et s'accompagne d'une perte auditive mixte ou conductive. Peut-être l'apparition de suppuration des voies auditives, l'apparition de douleurs dans les oreilles et l'apparition d'un mal de tête qui a un caractère lancinant. La maladie est diagnostiquée en fonction de l'otoscopie réalisée.

L'étude des ensemencements auditifs et bactériologiques est réalisée. Le médecin effectue des examens par tomographie et par rayons X dans l'os temporal. En outre, une analyse des fonctions vestibulaires et du statut neurologique du patient. L'otite moyenne chronique suppurée implique un traitement conservateur et chirurgical. Ces dernières méthodes de traitement comprennent les opérations de désinfection, l’anthrotomie, la mastoïdotomie, la fermeture de la fistule du labyrinthe, etc.

Raisons

La progression de cette maladie est possible en présence d'une infection dans la cavité tympanique. Il peut entrer dans l'oreille à la suite d'une blessure, qui s'accompagne de dommages importants au tympan. L'apparition de la maladie peut être causée par les raisons suivantes:

  • Haut pouvoir pathogène de divers agents pathogènes;
  • Déformation des tubes auditifs;
  • Aérotrite;
  • Adénoïdes;
  • Sinusite chronique;
  • Otite moyenne adhésive;

Outre ces facteurs, divers états d’immunodéficience peuvent contribuer au développement de la maladie. Parmi ceux-ci figurent le VIH, les effets secondaires du traitement par cytostatiques et la radiothérapie, l'obésité, le diabète, etc.

Les principaux indicateurs cliniques de l'otite moyenne suppurative chronique sont la perte d'audition, le bruit, la douleur et la présence de purulence au niveau des conduits auditifs. Le dernier signe peut être périodique ou permanent. Lors d'une exacerbation de la maladie, la quantité totale de pus produite peut augmenter de manière significative. Si la croissance du tissu de granulation se produit dans les cavités tympaniques, la décharge peut être sanglante.

Recherche

À l'aide d'études d'analyseurs auditifs et d'endoscopie, un spécialiste peut diagnostiquer l'otite moyenne suppurative chronique. La microtoscopie et l'otoscopie ne sont possibles qu'après un nettoyage en profondeur de l'oreille externe et du conduit auditif. L'otite suppurée chronique, qui se présente sous la forme d'une mésotympanite, présente une différence qui se traduit par la présence de perforations dans la région tendue du tympan. Pour epitimpanit est caractérisé par l'emplacement de la perforation dans la zone lâche. La maladie s'accompagne d'une diminution significative des capacités auditives, vérifiées par audiométrie. Lors de l'inspection, le spécialiste évaluera le degré de perméabilité des trompes d'Eustache.

La maladie peut être guérie à l'aide de méthodes médicamenteuses ou sous la surveillance externe de spécialistes. Un traitement médicamenteux réduira l'inflammation. Si la maladie ne s'accompagne pas d'une lésion du tissu osseux, une thérapie avec divers médicaments peut être appliquée. Il convient de noter que l'évolution de toute maladie doit être sous la surveillance d'un médecin. Il peut prescrire un schéma de traitement compétent et efficace pour le patient.

Si la maladie se caractérise par la présence de dommages au tissu osseux, l'utilisation de médicaments sera inefficace. Leur utilisation ne peut être qu'une préparation préopératoire pour le patient. La référence opportune à un spécialiste empêchera tout développement ultérieur de la maladie.

Otite moyenne purulente tubotympanique chronique

L'otite moyenne purulente toubimpimpanal chronique fait partie de la catégorie des maladies dangereuses. Implique des dommages à l'oreille moyenne, qui s'accompagne de sécrétions purulentes sur une certaine période. Ce type d'otite est une complication d'autres processus inflammatoires. La maladie a une forme épisodique et il est très difficile à éliminer. Dans certains cas, le traitement peut durer plus d’un mois. Dans le même temps, la libération de pus se produit pendant toute la période. Environ 2% des cas mènent à la forme chronique. Selon les statistiques, 55% représentent mésotympanique et le reste, epitimpanit.

Les principaux symptômes de l'otite suppurative chronique sont les suivants:

  • Augmentation de la température;
  • Des vertiges;
  • Sensation de ballonnement dans les canaux auriculaires;
  • Le son des applaudissements;
  • Repérer;
  • Perte auditive mixte;
  • Douleur douloureuse dans les oreilles.

L'otite moyenne tubotympanique purulente qu'est-ce que c'est? Cette question est posée par les personnes confrontées à ce type de maladie. La maladie est une conséquence des formes avancées d'otite moyenne aiguë ou de son traitement inadéquat. Afin d'éliminer la maladie en utilisant des méthodes conservatrices et la chirurgie. Le traitement conservateur est conseillé d'utiliser dans les premiers stades de la maladie. Le traitement médicamenteux comprend l’instillation d’agents antibactériens dans les conduits auditifs, la réalisation d’une douche des voies externes avec une solution spéciale, le traitement par des anti-inflammatoires.

En outre, un spécialiste peut prescrire une antibiothérapie active. Le but des médicaments est conforme aux résultats des tests fournis pour identifier le type d'agent pathogène. Le recours à une intervention chirurgicale est possible dans les derniers stades du développement de maladies ou dans la période de complications.

Selon l’évolution clinique et la gravité de la maladie, il existe deux formes principales d’otite suppurative chronique: l’otite moyenne épithympano-antrale chronique et l’otite moyenne tubotympale purulente. En cas d'epitimpaneté, la localisation des processus inflammatoires se produit dans la zone touchée.

Cependant, la maladie peut se propager à d'autres départements. La maladie se caractérise par un développement complexe. Les processus purulents se produisent dans une région qui regorge de poches tordues et très étroites. Ils sont formés à partir des plis des muqueuses et des osselets auditifs. On peut également observer des dommages aux structures osseuses de l'oreille moyenne. Des caries se développent dans les parois osseuses de l'antre, de l'adit et du grenier. Le patient se plaint souvent de la formation de pertes purulentes par les orifices de l’oreille. Ils dégagent une odeur désagréable et affectent considérablement la perte auditive.

Le syndrome de la douleur n'est pas typique d'une épitimpanite non compliquée. La présence de douleur associée à la complication résultante de la maladie. Des vertiges peuvent survenir à la suite de lésions carieuses de la capsule du canal semi-circulaire latéral. La déformation des parois osseuses du canal facial peut affecter le nerf facial. Une hospitalisation immédiate est nécessaire en cas de parésie du nerf facial ou de troubles vestibulaires.

Epitimpanit a une évolution assez compliquée de la maladie, contrairement à la mésotympanite. L'otite moyenne chronique suppurée peut être accompagnée d'une déformation osseuse. Ce processus peut entraîner la formation de filtres et d’autres produits chimiques susceptibles de dégager une odeur désagréable aux sécrétions auditives. Au cours de la période de propagation des processus destructeurs sur le tube semi-circulaire latéral de l'oreille interne, le patient peut éprouver des vertiges constants. En outre, l'épitimpanite peut entraîner la progression de diverses complications purulentes.

Dans de nombreux cas, avec une maladie telle que l'épitimpanite, des déversements de cholestéatome se produisent. C'est une formation épidermique qui a une couleur de perle et une gaine de tissu conjonctif. Le cholestéatome est formé sous l'influence de la pénétration de l'épiderme dans les voies auditives externes de la région de l'oreille moyenne par perforation du tympan. En conséquence, une membrane de cholestéatome est formée. Il y a une augmentation constante de la couche supérieure, exfoliée, en raison de l'action irritante de divers produits de décomposition et du pus produit.

L’éducation commence à exercer une pression sur tous les tissus environnants et a progressivement un effet néfaste. Les formations attiques sont déterminées par perforation ou rétraction dans la région du tympan. Ils peuvent se propager directement à l'aditus, au grenier ou à l'antre. Le cholestéatome des sinus peut être détecté par des perforations postérieures supérieures ou des rétractions de la partie tendue du tympan. Les cholestéatomes de rétraction sont détectés lors de rétractions ou de perforations de la totalité de la partie étirée.

Par conséquent, il est nécessaire d'observer une séquence stricte d'actions dans le diagnostic et le traitement de cette maladie.

La maladie se caractérise par une évolution défavorable, car elle se caractérise par le passage de processus inflammatoires au tissu osseux, ce qui peut conduire à une ostéomyélite limitée. De nombreux patients se plaignent de graves maux de tête. Cela se produit à la suite de la déformation des parois du canal semi-circulaire latéral. Toutes les complications qui surviennent sont associées à des processus destructeurs dans les os.

Si un cholestéatome se forme, la dégradation du tissu osseux sera plus active. Dans le diagnostic de l'épitimpanite, un spécialiste utilise la radiographie des parties temporales. Les patients atteints de cette maladie depuis l’enfance ont des structures mastoïdes sclérosées.

Traitement

En fonction de la forme de la maladie, un traitement approprié est sélectionné. Afin d'éliminer l'inflammation et de restaurer l'audition, des opérations réduisant les rumeurs doivent être effectuées. En cas de mésotympanite, un traitement conservateur est utilisé. Cela implique l'élimination des granulations et des polypes résultants des muqueuses. Les petites granulations sont cautérisées et les grandes lésions sont éliminées par une intervention chirurgicale.

La réception des antibiotiques est prescrite en tenant compte du degré de sensibilité de la microflore interne. Une utilisation prolongée peut entraîner la prolifération de tissu de granulation et la formation de dysbiose. Il n'est pas recommandé d'utiliser des antibiotiques ottoksichesky. Vous pouvez obtenir un résultat positif en utilisant des nutriments et des agents antibactériens d'origine naturelle. En outre, un spécialiste vous prescrira des médicaments vasoconstricteurs.

L'une des techniques médicales consiste à laver à l'aide d'un grenier par perforation. Cela vous permet de laver le pus et le cholestéatome. Cela aide à éliminer les tensions dans le grenier et réduit la douleur. Afin de laver efficacement le grenier en utilisant des solutions d'alcool. Le traitement peut être complété par des procédures physiothérapeutiques.

Il existe une opinion selon laquelle le principal signe d'une otite purulente est une perte auditive de transmission. Il convient de garder à l’esprit qu’une évolution prolongée de la maladie peut entraîner une forme mixte de perte auditive.

Dans les processus inflammatoires, il y a une réduction significative du flux sanguin dans la cochlée. L'histamine peut affecter l'interruption efférente des cellules ciliées externes. Dans le même temps, les radicaux libres endommagent les cellules ciliées. À ce stade, les endotoxines formées bloquent la Na-K-ATPase et modifient la composition ionique de l'endolymphe.

Diagnostics

Si une maladie telle qu'une otite moyenne toubimpanale chronique est détectée, un spécialiste qualifié devrait prescrire un traitement. Le succès du traitement et le pronostic ultérieur pour le patient dépendront du diagnostic correct. Les symptômes de la maladie ressemblent aux manifestations d’autres pathologies de l’oreille. Il est donc assez difficile de la diagnostiquer. Le médecin prend en compte les résultats de l'examen et ne peut fournir une conclusion finale sur la nature du processus inflammatoire qu'après.

Lors de l'examen initial, le spécialiste mène une enquête auprès du patient sur la nature de l'évolution de la maladie et divers processus inflammatoires. Des informations détaillées vous permettront de diagnostiquer avec précision et de prescrire le traitement approprié pour le patient. Un examen otoscopique peut être nécessaire pour fournir des informations sur l’état de la cavité tympanique et de la membrane tympanique. Au cours de la période d'étude, le médecin examinera attentivement les canaux auriculaires.

L'otoscope vous permet de voir toutes les perforations formées et de leur fournir des caractéristiques précises. Le spécialiste examinera soigneusement le tympan et ses bords. Avec leur sécurité, on peut conclure à la présence de mésotympanique. Dans le cas où les bords sont déformés ou complètement absents, on peut parler de la présence d'une forme purulente d'épitimpanite chronique.

Otite moyenne tubotanale

Par conséquent, le traitement des otites chroniques purulentes doit être effectué rapidement. L'otite moyenne chronique suppurative tubotympanique gauche est caractérisée par des processus inflammatoires dans la cavité de l'oreille moyenne. L'évolution de la maladie s'accompagne d'une inflammation des tissus mous et de la présence de sécrétions purulentes et sulfuriques. L'otite moyenne tubotympanique est formée à la suite d'une lésion de la cavité de l'oreille moyenne par une microflore pathogène.

Les facteurs prédisposant au développement de la maladie sont:

  • Processus inflammatoires dans les tubes auditifs, les ulcères et les furoncles;
  • Immunodéficience après des maladies respiratoires;
  • Le diabète sucré;
  • L'hyperthyroïdie, la thyroïdite;
  • Lupus érythémateux et autres maladies auto-immunes;
  • Prédisposition à divers types d'infections chroniques.

Les symptômes

La gravité d'une maladie telle que l'otite moyenne purulente épitympano antral chronique du côté gauche dépend du stade et de la durée.

Les principales manifestations cliniques sont les suivantes:

  • La présence de la douleur pleurer caractère;
  • Divers phénomènes de bruit causés par une augmentation de la vitesse du flux sanguin;
  • La tendance à la diminution de la capacité auditive associée à l'accumulation d'exsudat dans les oreilles;
  • Odeur désagréable des canaux auditifs;
  • Augmentation significative de la température.

Sur la base de l'anamnèse et des données de l'examen, des diagnostics peuvent être effectués. Le spécialiste aura besoin des résultats d'analyses de sang de laboratoire et de pus sécrété par la cavité de l'oreille. Afin de diagnostiquer l'otite à tubobanthal, des examens instrumentaux sont utilisés, qui comprennent l'imagerie par résonance magnétique, les rayons X et la tomodensitométrie.

Types d'otite

L'otite moyenne chronique suppurée nécessite un traitement compétent et rapide. Si la maladie n'affecte pas la formation osseuse et ne peut pas entraîner d'autres complications, vous pouvez utiliser des médicaments. Toutefois, si la maladie se caractérise par un développement silencieux, le traitement doit être effectué sous la surveillance d'un oto-rhino-laryngologiste. Si l'évolution de la maladie se produit avec la destruction des os, une préparation préopératoire du patient doit être effectuée.

Si le processus pathologique s'accompagne de maux de tête sévères, de troubles vestibulaires et d'une parésie du nerf facial, on peut en conclure que la maladie a provoqué de graves complications. Par conséquent, le patient doit être immédiatement hospitalisé et subir une intervention chirurgicale. Il visera à restaurer complètement la fonctionnalité des organes de l'audition.

L'otite moyenne peut être guérie en une semaine si elle se déroule sans incident. Le patient se lave quotidiennement les passages d'oreille avec des solutions antibactériennes et élimine les sécrétions de l'agent pathogène. Pendant le traitement, des gouttes sont utilisées: norfloxacine, rifampicine, ciprofloxacine.

Otite moyenne chronique suppurée: terminologie, diagnostic et tactiques thérapeutiques

À propos de l'article

Pour la citation: Garov EV Otite moyenne chronique suppurée: terminologie, diagnostic et tactiques thérapeutiques // BC. 2011. № 6. Pp. 390

La définition L'otite moyenne chronique suppurée (CHD) est une maladie de l'oreille moyenne caractérisée par la perforation du tympan, l'écoulement périodique de l'oreille moyenne, le bruit à l'oreille et la perte de l'audition.

CIM - 10:
H66.1. Otite moyenne purulente toubotympal chronique (maladie de tubotimpanalnaya chronique, mésotympanique).
H66.2. Otite moyenne purulente epitimpano - antrale chronique (maladie epithympano - antrale chronique, epitimpanite).
Épidémiologie
La HCG est une pathologie commune de l'oreille moyenne des soins polycliniques et stationnaires des soins otorhinolaryngologiques. Dans la structure des maladies de l’oreille, le HGSO représente 27,2%. La prévalence de l’hépatite C chronique dans notre pays varie de 8,4 à 39,2 par 1 000 habitants. Parmi les patients atteints de pathologie ORL, qui bénéficient d'une assistance dans les hôpitaux ORL, 5,7 à 7% souffrent d'hépatite C chronique et d'audiologie - environ 40%. La survenue de HGSO avec des exacerbations fréquentes est la cause de complications otogéniques, qui surviennent actuellement chez 3,2% des patients: 1,97% ont des atteintes intracrâniennes (méningite, abcès cérébral, etc.), 1,35% ont des atteintes extracrâniennes (abcès sous-périoste, labyrinthite et autres) complications. La mortalité par complication dans l'hépatite C chronique est de 16,1%. Le cholestéatome est l'une des raisons du développement de la destruction dans l'oreille moyenne, qui est détecté chez 24 à 63% des patients atteints d'hépatite C chronique à n'importe quelle localisation de la perforation du tympan. La résorption osseuse dans les otites avec cholestéatome, selon plusieurs auteurs, est retrouvée dans 78,8% des cas.
La maladie est souvent bilatérale et résulte d'otites moyennes suppuratives aiguës antérieures. Dysfonctionnement tubaire, administration non systématique d'antibiotiques, augmentation de la sensibilisation générale de la population et, ces dernières années, lésions traumatiques à l'oreille moyenne, jouent un rôle important dans le développement des HGSO.
La prévention. La prévention de l'hépatite C chronique est un traitement rationnel des patients atteints d'otite moyenne exsudative et aiguë, ainsi que l'élimination des causes d'un dysfonctionnement tubulaire.
Dépistage. Les examens prophylactiques effectués par un oto-rhino-laryngologiste sur des enfants et des adultes permettent de détecter des formes asymptomatiques de cette maladie. Pour identifier une perte auditive, il faut consulter un audiologiste.
Classification
Selon la dixième classification internationale des maladies, on distingue l'otite moyenne purulente tubotypale (mésotympanite) et l'épitympano-antral chronique, l'otite moyenne purulente (épitimpanite). Dans notre pays, adhérer à la classification de I.I. Potapova (1959), basé sur la localisation, la taille de la perforation du tympan et des variantes de l'évolution de la maladie, où se trouvent le mésotympan, l'épitimpanite et l'épimésympimpanite. L'introduction de l'endomicroscopie dans la pratique et les résultats d'études pathologiques sur l'hépatite C chronique ont montré le caractère conventionnel de cette classification en raison de diverses variantes morphologiques de l'inflammation et de ses conséquences, indépendamment de l'emplacement du défaut membranaire. Aujourd'hui, avec une longue hépatite C chronique, on peut trouver une combinaison d'inflammation catarrhale de la membrane muqueuse et de zones de fibrose, de tympanosclérose, de caries et de cholestéatome, qui reflète la dynamique de l'inflammation et ses conséquences. Un tel polymorphisme des manifestations rend difficile la distinction claire des formes cliniques de l'hépatite C chronique (bénigne ou non) et explique les tactiques chirurgicales actives dans chaque cas de la maladie.
Diagnostics
Plaintes et histoire. Les patients atteints d'hépatite C chronique sont perturbés par le fait que leur oreille dégage un caractère muqueux ou purulent, une perte d'audition et un bruit de basse fréquence dans l'oreille. Les cholestéatomes sont caractérisés par un écoulement purulent avec une odeur désagréable (ichore). Avec exacerbation de la maladie, on observe des maux d’oreille, des pertes purulentes abondantes, des maux de tête et des manifestations cliniques de complications (vertiges systémiques, etc.). La fréquence des exacerbations dépend de l’emplacement des perforations, des facteurs déclenchants de la maladie et des défenses immunitaires de l’organisme. L'asymptomatique, contrairement à la méso et à l'épimésympimpanite, est caractéristique de l'épitimpanite, alors que l'inflammation catarrhale chronique de la membrane muqueuse (la dite mucosite) est un écoulement muqueux constant provenant de l'oreille moyenne.
Examen physique. Le diagnostic de HGSO est basé sur l'image otoscopique caractéristique. Avec l'otoscopie (otomicroscopie), il est possible d'estimer le nombre et la nature des décharges dans le canal auditif et la cavité tympanique, le défaut du tympan et sa rétraction, le changement de la membrane muqueuse de la paroi interne (de l'hyperplasie au polype), des enclumes, révèlent la granulation et le cholestéatome (Fig. 1).
Lors de l'exacerbation, il est difficile de vérifier ces modifications en raison de modifications inflammatoires de la peau du conduit auditif, du tympan et de la membrane muqueuse de la cavité tympanique (Fig. 2).
L'endoscopie (endoscope rigide de diamètre 4 mm, angle de vision 300, 700) est utilisée pour évaluer l'état de la bouche du tube auditif, du grenier et de la cavité postopératoire, ainsi que pour la documentation photographique (Fig. 3). À l'aide du lavage ou de l'injection transtimpanale de solutions antiseptiques, la perméabilité de l'aditus, du tube auditif et la présence de cholestéatome dans les parties du tympan inaccessibles à l'inspection sont déterminées. Pour déterminer le degré de perméabilité des tubes auditifs, des échantillons de Toynbee, Valsalva, soufflant le tube auditif selon Politzer ou utilisant un cathéter sont utilisés.
L'endoscopie de la cavité nasale et du nasopharynx joue un rôle important dans l'évaluation des facteurs provoquants.
L’étude de la fonction auditive à l’aide de la parole parlée, les tests de réglage du cadran (Rinne, Federici et Weber) et l’audiométrie à seuil tonal permettent de préciser le degré et la nature des déficiences auditives. Chez les patients atteints d'hépatite C chronique, une perte auditive conductive et mixte est observée. Le degré de perte auditive affecte non seulement la localisation du défaut du tympan, mais également la sécurité et la mobilité de la chaîne des osselets auditifs, la présence d'adhérences et de complications labyrinthiques.
Une étude otoneurologique complète est réalisée sur le vertige systémique chez un patient atteint d'hépatite C chronique afin de diagnostiquer des complications otogéniques (fistule labyrinthe, labyrinthite, etc.).
Etudes instrumentales et de laboratoire. Pour déterminer l'étendue du processus et la présence de destruction osseuse dans le HGSO, on utilise la radiographie des os temporaux selon Schuller et Maeir. Cependant, ces études fournissent moins d’informations par rapport à la tomodensitométrie (TDM) des os temporaux. Un scanner haute résolution avec un pas de 1–2 mm en projection axiale et coronaire, réalisé en rémission, donne des informations complètes sur l'état des structures de l'os temporal (Fig. 4).
Pour les patients atteints d'hépatite C chronique, une étude bactériologique de l'écoulement de l'oreille sur la flore et de sa sensibilité aux antibiotiques est menée afin de prescrire un traitement adéquat. La flore polymorphe est souvent détectée, mais dans le même temps, l'aérobie est caractéristique des mésotympanites et la flore anaérobie est caractéristique des épitimpanites.
Des études cliniques sur le sang et l'urine, les données ECG et la radiographie des poumons ont pour objectif de déterminer l'état général du patient et l'effet du foyer d'infection chronique sur le corps dans son ensemble.
Diagnostic différentiel
1) Myringite (bactérienne, fongique). Elle se caractérise par un écoulement purulent rare de l'oreille et une congestion de l'oreille. Lorsque l'otoscopie est déterminée par l'épaississement du tympan, la granulation sur sa surface et le mycélium fongique sans compromettre l'intégrité du tympan (échantillon de Valsal).
2) cholestéatome du conduit auditif externe. Elle se manifeste par de rares sécrétions purulentes à odeur désagréable, des granulations et une destruction de la paroi inférieure du conduit auditif externe. Les conditions préalables à la formation sont une section osseuse étroite et des exostoses du conduit auditif externe ou de son traumatisme. Aucune perte auditive. L'assistance dans le diagnostic du scanner fournit l'os temporal.
3) cholestéatome congénital de l'os temporal. Il est généralement détecté par tomodensitométrie des os temporaux, car il ne se manifeste pas longtemps sous forme de symptôme clinique. Il n'y a pas d'antécédents d'otite moyenne aiguë, système cellulaire bien développé du processus mastoïde. Les manifestations cliniques sont causées par la croissance du cholestéatome et la destruction du labyrinthe.
4) Otite moyenne perforée tuberculeuse. Elle se caractérise par une évolution atypique de la maladie, une plaque fibrineuse blanche sur la paroi médiale de la cavité tympanique, une parésie périphérique précoce du nerf facial et l'absence d'effet du traitement conservateur conventionnel. Le diagnostic joue un rôle important dans les études pathologiques de spécimens de biopsie, de radiographies pulmonaires et du test de Mantoux.
5) tumeur glomique (chemodectom). Il peut se manifester par un polype dans le conduit auditif avec une croissance excessive et une perte auditive. Un symptôme typique est le bruit des oreilles. Il n’existe aucune information sur la maladie de l’oreille moyenne et son écoulement. Le diagnostic est établi selon le scanner des os temporaux en mode vasculaire.
Indications de consultation d'autres spécialistes. Avec la survenue de complications otogéniques (extracrâniennes ou intracrâniennes), une imagerie par résonance magnétique du cerveau, une consultation avec un neurologue, un oculiste et un neurochirurgien pour déterminer les tactiques de traitement du patient.
Traitement
L'objectif du traitement est d'éliminer la source d'infection de l'oreille moyenne afin de prévenir et de corriger les pertes auditives, de prévenir les complications otogènes.
Indications d'hospitalisation:
• urgence - en cas de développement de complications otogéniques dans le contexte d’une exacerbation de l’hospitalisation chronique pour hépatite C en ORL, unité de soins d’urgence pour examen et traitement chirurgical dans le volume de réadaptation;
• différé - en cas d'exacerbation d'hospitalisation chronique pour hépatite C dans le service d'oto-rhino-laryngologie pour examen et conduite d'un traitement conservateur;
• planifié - en cas de rémission de l'hospitalisation pour un HGSO dans le service d'audiologie pour la réhabilitation et la reconstruction des structures de l'oreille moyenne.
Traitement de la toxicomanie
Lors de l’exacerbation de l’hépatite C chronique, le traitement local est efficace avec l’utilisation de gouttes auriculaires antibactériennes (Cipromed, Otofa, Normax, Dancil, etc.), en tenant compte de la sensibilité de la microflore identifiée, hormonale (émulsion d’hydrocortisone, p - p dexaméthasone) ou combinée ( gouttes auriculaires "Combine Duo") des drogues transtimpanalno 2 fois par jour, après le retrait de l'écoulement de l'oreille pendant 7 jours. La présence de signes d’intoxication et de complications conditionne l’administration parentérale de traitements antibactériens, de désintoxication et de traitements symptomatiques.
Dans les maladies chroniques de la cavité nasale, la courbure du septum nasal et d’autres processus, il est nécessaire d’effectuer leur traitement conservateur ou leur correction chirurgicale de manière planifiée, ce qui augmente considérablement l’efficacité de la chirurgie de l’oreille moyenne.
Le traitement conservateur dans le processus lent chez les patients atteints d'hépatite C chronique est justifié pendant 10 jours en tant que préparation du patient à la chirurgie. Pendant cette période, le patient est également examiné. Le traitement local sous forme d'injections transtimpanales doit être effectué avec des médicaments antibactériens (0,5-1% p-p dioxidine, 0,01% p-p Miramistin, etc.), mucolytique (acétylcystéine) et médicaments hormonaux ou combinés 2 fois par jour. Les combinaisons des médicaments susmentionnés avec des facteurs physiques locaux d'exposition (irradiation laser, stimulation électrique des muscles du tube auditif, etc.) réduisent les effets de l'inflammation catarrhale de la membrane muqueuse de la cavité tympanique (appelée mucosite) et améliorent le fonctionnement du tube auditif. Dans le diagnostic du cholestéatome dans la zone verticale au stade préopératoire, il est recommandé d'éliminer au maximum les masses de cholestéatome et d'utiliser des médicaments à base d'alcool (3% p - p de bore ou de lévomycétine) pour réduire l'inflammation périfocale par déshydratation.
En tant que type de traitement principal, le traitement conservateur, de nature palliative, n’est justifié que chez les patients atteints de maladies concomitantes graves et soumis à une surveillance régulière.
Traitement chirurgical
Le débridement chirurgical en cas d’exacerbation de l’hépatite C chronique avec complications otogéniques est réalisé en urgence ou différé sous anesthésie générale dans le volume de l’atticoanthrotomie avec retrait de la paroi postérieure du conduit auditif ou de sa version élargie, en fonction des complications.
De manière planifiée, la chirurgie chez les patients atteints d'hépatite C chronique est réalisée 6 à 12 mois après l'exacerbation dans un service spécialisé. La chirurgie sur l'oreille «sèche» est toujours moins radicale, elle permet de différencier et de préserver les structures de l'oreille moyenne, d'éviter les complications iatrogènes et d'obtenir les meilleurs résultats. Cependant, le choix des méthodes opératoires est individuel et est déterminé par la durée de l'évolution de l'hépatite C chronique, le degré de propagation et la gravité du processus pathologique, les caractéristiques anatomiques du processus mastoïdien, le niveau de déficience auditive, l'état du tube auditif, les qualifications du chirurgien et la disponibilité des équipements modernes. À cet égard, les chirurgiens-chirurgiens utilisent des approches chirurgicales intrameatales, endaurales, derrière l'oreille ou combinées.
Pour les défauts centraux «secs» de la membrane tympanique chez les patients ayant une approche intramétale chronique de l'hépatite C, après une révision de la cavité tympanique, une tympanoplastie de type I-III est réalisée (selon X. Wolstein) en utilisant des autotissues comme matière plastique (autohair, fascia et lambeau méatal). En cas de perforations totales et sous-totales de la membrane tympanique, seul le plastique multicouche est efficace; une plaque autocartilage est utilisée comme structure de support qui, avec une épaisseur de 0,5 mm, n’affecte pas la conduction acoustique.
Les patients atteints de HCG et de mucite après révision de toutes les parties de la cavité tympanique et excision des sections hyperplasiques de la membrane muqueuse, quelle que soit la taille du défaut de la membrane tympanique, utilisent un plastique multicouche avec ou sans drainage de la cavité tympanique, ce qui augmente considérablement l'efficacité de l'opération. Comme le montrent nos propres observations, les manifestations de la mucosite tympanique chez les patients atteints d'hépatite C chronique en raison de la méconnaissance de cette pathologie sont souvent confondues avec l'exacerbation avec des éléments d'ostéodestruction, ce qui est la raison des opérations d'assainissement déraisonnables à grande échelle.
Chez les patients atteints d'hépatite C chronique et de cholestéatome, en fonction de l'activité du processus carieux, de sa prévalence et de la présence de complications, on utilise des méthodes de traitement chirurgical assainies et ouvertes, avec reconstruction simultanée du circuit conducteur avec des auto-tissus. En cas de cholestéatome non inflammatoire kystique au grenier et à l'aditus, une attikoaditotomie est réalisée par voie intrameatale (endaurale) avec élimination du cholestéatome, reconstruction du grenier et tympanoplastie de type I - III (version fermée). Lors de la propagation d'un cholestéatome non inflammatoire à l'antre, une atticoanthrotomie distincte avec tympanoplastie avec une approche combinée est préférable, ce qui garantit un assainissement adéquat et la préservation de la paroi postérieure du conduit auditif. En pratique étrangère, cette technique est la plus courante (69% de toutes les opérations avec cholestéatome). La révision de la zone de localisation du cholestéatome après un an est une condition préalable à la mise en œuvre de la désinfection en circuit fermé des opérations. En cas de cholestéatome enflammé ou rampant, en fonction de sa distribution et de la présence de complications labyrinthiques, une variante de l'opération semi-ouverte (atticoaditomie) ou ouverte (atticoanthrotomie avec enlèvement de la paroi postérieure du conduit auditif) est réalisée avec une tympanoplastie de type III-IV. S'il est impossible d'avoir une tympanoplastie simultanée, elle peut être réalisée à la deuxième étape dans 8 à 12 mois. Les résultats de la tympanoplastie en même temps que l'opération de désinfection ou la deuxième étape effectuée ne sont pas significativement différents. La formation d'une grande cavité mastoïdienne nécessite une mastoïdoplastie ou le retrait de l'apex du processus mastoïdien afin de réduire la cavité postopératoire.
À l'étranger, 73% des patients atteints d'hépatite C chronique et de cholestéatome subissent des chirurgies fermées et 27% d'entre eux des chirurgies ouvertes, dont seulement 1,3% des patients subissent une chirurgie de l'oreille assainie radicale. De nombreux auteurs ont noté la même fréquence de cholestéat, de reperforations et de troubles cochléaires postopératoires dans les méthodes d'opération ouvertes et fermées.
La tactique présentée de traitement des patients atteints d'hépatite C chronique permet d'atteindre l'efficacité de la tympanoplastie dans 92,4% des cas et dans 60% des cholestéatomes d'opérer selon une version fermée et chez 93% des patients d'effectuer une tympanoplastie avec un bon résultat fonctionnel.
Le pronostic de la maladie est favorable avec l'observation constante d'un oto-rhino-laryngologiste, la mise en œuvre précoce d'assainissement, les opérations de reconstruction et le traitement de qualité des exacerbations.

La petite enfance est une période particulière dans la formation des organes et des systèmes, et avant tout dans les fonctions.

En Savoir Plus Sur Les Maux De Gorge

Que faire si vos oreilles sont couvertes d'un rhume: causes et traitement

Pharyngite

L'apparition d'un rhume contribue souvent à des conséquences désagréables pour l'organisme, telles que la congestion des oreilles.

Quels antibiotiques prendre avec une bronchite chez l'adulte?

Pharyngite

La bronchite est une maladie caractérisée par l'apparition d'un processus inflammatoire dans les bronches. Dans de nombreux cas, le processus pathologique est provoqué par des bactéries ou des virus.